Dix brèves rencontres pdf

Faites-vous plaisir
Contents:
  1. DIX BRÈVES RENCONTRES
  2. DIX BRÈVES RENCONTRES - PDF
  3. Mon avis …

Il enfonça la main plus avant. J'aime Aimé par 1 personne. Ca me donne bien envie de me replonger dans du Agatha Christie!! J'aime J'aime. Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress. Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Avertissez-moi par e-mail des nouveaux commentaires. Propulsé par WordPress. Menu Index par auteurs Partenariats Qui suis-je? Éditions du Masque, pages Ma note: Le vase bleu Agatha Christie nous livre ici une nouvelle pour le moins insolite.

Twitter Facebook. J'aime chargement…. Répondre Annuler la réponse. Entrez votre commentaire Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter: E-mail obligatoire adresse strictement confidentielle. Nom obligatoire. Site web. C est un état tout à fait anormal, cela se conçoit, opina le docteur.

Il est réellement dommage qu une étude plus longue n ait pu être entreprise, mais tout cela se termina par la mort inopinée de Félicie. Il y a eu quelque chose d étrange dans cette mort, si je me souviens bien, dit lentement l avocat. Le Dr Campbell Clark approuva de la tête.

Extraits …

Une chose absolument inexplicable en effet. La jeune fille fut trouvée un matin morte dans son lit. Il était visible qu elle avait été étranglée. Mais, à la stupéfaction de tous, il fut bientôt prouvé de façon péremptoire qu elle s était réellement étranglée elle-même. Les marques laissées sur son cou étaient celles de ses propres doigts. C est là une méthode de suicide qui n est sans doute pas matériellement impossible, mais qui a dû nécessiter une force musculaire énorme et une force de volonté presque surhumaine.

Ce qui avait poussé cette fille à une telle extrémité n a jamais été découvert. Il est évident que son équilibre mental avait été de tout temps précaire. Quoi qu il en soit, le fait est là. Le rideau est retombé définitivement sur le mystère de Félicie Bault. C est alors que l homme assis dans le coin près de la fenêtre se mit à rire.

Les trois autres sursautèrent comme s ils avaient reçu un coup de fusil. Ils avaient totalement oublié la présence de leur compagnon silencieux. Comme ils tournaient des regards étonnés vers le coin où il était assis, toujours pelotonné dans son pardessus, il rit de nouveau. Il faut m excuser, messieurs, dit-il dans un anglais parfait où perçait cependant un léger accent étranger. Il se redressa, laissant voir un visage pâle orné d une petite moustache d un noir de jais.

Oui, il faut m excuser, répéta-t-il, faisant le simulacre de s incliner. Mais vraiment! Sur le cas lui-même, non. Mais j ai connu la jeune fille. Félicie Bault? Et Annette Ravel également. Vous n avez pas entendu parler d Annette Ravel, je vois? Et pourtant l histoire de l une est inséparable de l histoire de l autre. Croyez-moi, vous ne savez rien de Félicie Bault si vous ne connaissez pas aussi l histoire d Annette Ravel. Il tira une montre de son gousset et regarda l heure.

Une demi-heure exactement avant le prochain arrêt. J ai le temps de vous raconter l histoire c est-à-dire, s il vous plaît de l écouter! Racontez, je vous en prie, fit le docteur. Nous en serons ravis, dit le révérend. Sir George Durand se contenta de prendre une attitude d intense intérêt. Mon nom, messieurs, commença leur compagnon de voyage, est Raoul Letardeau. Je suis né en Bretagne, dans ce village de pêcheurs, et quand mes parents trouvèrent tous deux la mort dans un accident de chemin de fer, ce fut miss Slater qui me recueillit et me sauva de l équivalent de la maison des pauvres dans votre pays.

Elle s occupait d environ vingt enfants, garçons et filles. Parmi celles-ci se trouvaient Félicie Bault et Annette Ravel. Si je ne puis vous faire comprendre la personnalité d Annette Ravel, messieurs, vous ne comprendrez rien à ce qui va suivre. Elle était l unique enfant d une fille de joie qui était morte tuberculeuse, abandonnée par son amant. Cette mère avait été danseuse à ses heures et Annette aurait voulu devenir danseuse elle aussi. Quand je la vis pour la première fois, c était un petit bout de femme de onze ans avec des yeux dans lesquels on lisait alternativement la moquerie et la promesse, une petite créature pleine de feu et de vie.

Et aussitôt oui, aussitôt, elle fit de moi son esclave. Et moi, j obéissais. Déjà je l adorais et elle le savait. Et là, Annette retirait ses chaussures et ses bas et se mettait à danser sur le sable. Et quand elle se laissait tomber hors d haleine, elle nous disait ce qu elle voulait faire et ce qu elle voulait être plus tard: Oui, très célèbre.

Je veux avoir des centaines, des milliers de bas de soie, de la soie la plus fine. Et je vivrai dans un appartement magnifique. Tous mes amoureux seront jeunes et beaux, et riches aussi. Et quand je danserai, tout Paris viendra me voir. Les gens crieront, hurleront, s égosilleront et trépigneront de joie en me voyant danser. Et quand viendra l hiver, je cesserai de danser. J irai me reposer au soleil, dans le Midi. Il y a des villas avec des orangers, là-bas.

J en aurai une. Je m étendrai au soleil sur des coussins en soie et je mangerai des oranges. Quant à toi, Raoul, j aurai beau être riche et célèbre, je ne t oublierai jamais. Je te protégerai et je t aiderai dans ta carrière. Notre Félicie sera ma femme de chambre non, elle est trop maladroite de ses mains Regarde-les, tes mains! Regarde comme elles sont épaisses et grossières. C est une princesse déguisée ha!

Il y a vraiment de quoi se vanter d être la fille d un assassin! Annette devenait songeuse. Pauvre maman! Il faut se maintenir forte et en bonne santé. C est l essentiel d être forte et bien portante. Elle était deux fois plus forte que n importe quelle fille du pensionnat. Et elle n était jamais malade.

Je me demandais souvent pourquoi elle suivait partout Annette comme elle le faisait. Cette dernière semblait exercer sur elle une sorte de fascination. Parfois, je pense, elle haïssait réellement Annette et il faut dire qu Annette n était pas bonne pour elle. Elle raillait sa lenteur et sa stupidité et elle l humiliait devant les autres. J ai vu Félicie le visage blanc de rage. Je craignais parfois de la voir saisir Annette à la gorge et la serrer dans ses mains puissantes jusqu à l étrangler. Elle n avait pas l esprit assez prompt pour répondre aux railleries d Annette, mais elle finit par apprendre une riposte qui ne manquait jamais son but.

Il lui suffisait de se vanter de sa force physique et de sa bonne santé. Elle avait compris ce que je savais depuis toujours qu Annette enviait sa robuste constitution et elle frappait instinctivement au point faible de l armure de son ennemie. Il y en avait une partie qu elle ne comprenait pas et, à vrai dire, le sujet était bien trop ardu pour elle. Il s agissait d un ouvrage ancien sur l hypnotisme. Le bouton en cuivre au pied de mon lit ; on peut le faire tourner. Je l ai fait regarder à Félicie hier soir.

Ne le quitte pas des yeux. Raoul, j ai eu peur! Ses yeux avaient l air si drôle si drôles! Et alors, alors j ai dit: Et si quelqu un te pose une question, tu diras que c est la meilleure galette que tu aies jamais goûtée. Raoul, qu en dis-tu? Ce n est pas que je le croie vraiment, mais, oh! Raoul, si le livre dit vrai, ce qu on va s amuser! Nous passâmes le mot à nos camarades et à midi nous étions tous dans la cour de récréation.

Et voilà Félicie qui arrive, exacte à une minute près, un morceau de chandelle à la main. Me croirez-vous, messieurs, si je vous dis qu elle se mit à la grignoter le plus sérieusement du monde? Nous en étions malades de rire! De temps en temps, un enfant ou un autre s approchait d elle et lui disait gravement: Nous finîmes par rire si fort que le bruit sembla faire prendre conscience à Félicie de ce qu elle était en train de faire.

Elle cligna des yeux avec un air perplexe et regarda successivement la chandelle et notre petit groupe. Elle passa sa main sur son front. Oui, c est moi! Je crois me rappeler maintenant. J ai peur de Félicie. Ce n était qu une plaisanterie, Félicie, une simple plaisanterie. Tu comprends? Je te déteste. Je vous déteste tous! Mais à dater de ce jour son ascendant sur Félicie sembla augmenter. Elle restait attachée à Annette comme un chien Fidèle. Le désir d Annette de devenir danseuse ne fut pas pris au sérieux, mais elle montra en grandissant de fort bonnes dispositions pour le chant et miss Slater consentit à la faire préparer à la carrière de chanteuse.

Elle travaillait fiévreusement, sans prendre de repos. Miss Slater fut obligée de l empêcher de se surmener. Elle me parla d elle un jour. Persuade-la de ne pas trop se fatiguer. Depuis quelque temps elle a une petite toux qui ne me plaît pas. Je reçus une ou deux lettres d Annette au début, puis plus rien.

Je restai à l étranger pendant cinq ans. Je la reconnus aussitôt. Le soir même, j allai au théâtre en question. Annette y chantait en français et en italien. Sur la scène, elle était admirable. La représentation terminée, je me rendis à sa loge. Elle me reçut immédiatement. Quelle merveilleuse surprise! Où étais-tu ces années passées? Non, sûrement pas.

Sais-tu qu elle me destinait au Conservatoire? Pour donner des récitals devant un public guindé. Moi, je suis une artiste. C est ici, sur une scène de variétés, que je trouve à exprimer ma personnalité. D après son attitude, je compris vite qu il était le protecteur d Annette.

Il me jeta un regard en coin et Annette lui expliqua: Il passe par Paris, voit mon portrait sur une affiche, et le voilà! En ma présence, il exhiba un bracelet de rubis et de diamants et le passa au poignet d Annette.

DIX BRÈVES RENCONTRES

Comme je me levais pour prendre congé, elle me jeta un regard de triomphe et murmura: Tu vois? Le monde entier m appartient. Je savais ce que signifiait cette toux. C était le cadeau que sa mère lui avait laissé en mourant. Elle était allée chercher refuge chez miss Slater. Sa carrière était brisée. Elle était atteinte de tuberculose avancée et les médecins s accordaient à dire qu il n y avait rien à faire. Elle était couchée sous une sorte d abri dans le jardin. On la faisait rester en plein air jour et nuit. Ses joues étaient creuses et empourprées, ses yeux brillants de fièvre.

Tu sais ce qu ils disent qu il est possible que je ne guérisse pas. Ils le disent derrière mon dos, tu penses bien. Devant moi, ils essayent de me rassurer et de me consoler. Mais ce n est pas vrai, Raoul, ce n est pas vrai! Je refuse de mourir. Quand j ai devant moi une vie si belle qui me tend les bras?

C est la volonté de vivre qui importe. Tous les grands docteurs le disent aujourd hui. Je ne suis pas de ces faibles qui s abandonnent. Je me sens déjà infiniment mieux infiniment mieux, tu m entends? Et les hémorragies ne m effraient pas. Je surprendrai les docteurs. C est la volonté qui compte. Rappelle-toi, Raoul, je vivrai.

Elle tendit le verre à Annette et la regarda boire avec une expression que je ne pus sonder, mais où il y avait assurément une maligne satisfaction. Furieuse, elle jeta le verre par terre où il vola en éclats. Voilà comment elle me regarde tout le temps. Elle est heureuse que je sois en train de mourir! Oui, elle s en réjouit. Elle qui est forte et bien portante.

Et tout ça pour rien. À quoi lui sert cette grande carcasse? Que peut-elle en faire? Qu est-ce que cela peut. Je suis une fille respectable, moi. Quant à elle, elle connaîtra les flammes du purgatoire avant longtemps. Je suis chrétienne. Je ne dis rien. Tu m as toujours détestée. Je peux te faire faire ce que je veux. Vois maintenant, si je te le demandais, tu te mettrais à genoux dans l herbe devant moi.

Tu vas le faire. Pour me faire plaisir. À genoux! Je te l ordonne, moi, Annette. À genoux, Félicie! Elle tomba lentement à genoux, les bras en croix, avec, sur le visage, une expression absente et stupide. Ce qu elle peut avoir l air ridicule. Tu peux te relever maintenant, Félicie, merci!

Ce n est pas la peine de me faire des yeux comme si tu voulais me dévorer.

Je suis ta maîtresse. Tu dois faire ce que je te commande. Félicie prit son plateau et s éloigna à pas lents. Elle se retourna une fois sur nous et la rancune qui couvait dans ses yeux me causa une profonde impression. Mais ce fut terrible, paraît-il. Elle se cramponna à la vie. Elle se battit contre la mort comme une forcenée. La respiration sifflante, elle répétait sans trêve: Je ne veux pas mourir, vous m entendez? Je ne veux pas mourir. Tu l aimais, n est-ce pas? Je l ai toujours aimée. Mais de quel secours aurais-je pu lui être? N en parlons plus.

Elle passa à un autre sujet. Félicie lui causait beaucoup de soucis, me dit-elle. Cette fille avait eu une curieuse sorte de dépression nerveuse et depuis elle se comportait de façon tout à fait surprenante. Félicie apprenant le piano! J aurais mis ma main au feu que cette fille n aurait pas pu discerner une note d une autre. Je n y comprends rien. Je l ai toujours considérée comme, enfin, Raoul, tu le sais aussi bien que moi, elle a toujours été stupide.

Félicie jouait du piano. Elle jouait l air que j avais entendu Annette chanter à Paris. Vous comprenez, messieurs, que cela me donna un coup. Et alors, m ayant entendu approcher, elle s arrêta et se tourna brusquement vers moi avec des yeux intelligents et malicieux. Un instant, je crus Non, je ne dirai pas ce que je crus. C est donc vous, monsieur Raoul.

Mais, depuis que nous nous étions retrouvés adultes, Félicie m appelait toujours. Or, le ton qu elle avait pris cette fois était différent, comme si le monsieur, légèrement accentué, avait en soi quelque chose d amusant. C est curieux, cela. Mais ne prenez pas un air si grave, Raoul décidément, je vous appellerai Raoul: La vie a été faite pour rire.

Parlons de cette pauvre Annette elle qui est morte et enterrée. Est-elle en purgatoire, je me le demande, ou en quel endroit? Tu parles italien? Elle rit de mon étonnement. Je ne suis peut-être pas si bornée que je fais semblant de l être. Je suis une actrice très douée, bien que personne ne s en doute. Je peux jouer quantité de rôles et les jouer tout à fait bien.

Elle était endormie dans un fauteuil. Elle ronflait très fort. Je m approchai d elle et l observai, fasciné, mais non sans un vague sentiment de répulsion. Elle s éveilla en sursaut. Ses yeux, voilés et sans vie, rencontrèrent les miens. Je m en vais maintenant. Veux-tu jouer encore un peu de piano pour moi avant mon départ? Vous vous moquez de moi, monsieur Raoul.

On vous y joue des tours. On change l heure aux pendules. Oui, oui, je sais ce que je dis. Et tout ça, c est elle qui le fait. Cette mauvaise fille. Quand elle était vivante, elle n arrêtait pas de me tourmenter. À présent qu elle est morte, elle revient me tourmenter encore. Je voyais maintenant qu elle était en proie à une terreur extrême. Les yeux lui sortaient de la tête. Elle est mauvaise, je vous le dis. J entends sa voix pas dans mes oreilles, non, pas dans mes oreilles. Ici, dans ma tête Elle se frappa le front. Elle me chassera d ici elle me chassera pour de bon et alors qu est-ce que je ferai, qu est-ce que je deviendrai?

Ses yeux lançaient des regards terrifiés d animal aux abois. Je les regardai à ce moment et je ne pus m empêcher de frémir. De gros doigts de brute et, comme elle l avait dit, terriblement forts. Je ne peux vous exprimer la nausée qui me prit. Aussitôt après je partis pour l étranger, pour l Amérique du Sud. J en revins deux ans après sa mort. J avais lu dans les journaux des détails sur sa vie et sa mort soudaine.

J en ai appris d autres aujourd hui en vous écoutant. Félicie 3 et Félicie 4 de celles-là, je ne sais que penser. Elle était douée pour la comédie, vous savez. Le train ralentit soudain. L homme se redressa sur son siège et boutonna son pardessus jusqu au col. Comment expliquez-vous cela? J ai du mal à croire, commença à dire le Rd Parfitt, pour s interrompre aussitôt. Le docteur se taisait. Il considérait Raoul Letardeau avec une attention soutenue.

Vous prendre vos vêtements sur votre dos, votre cime dans votre corps, répéta doucement le Français. Il se leva. Je vous le dis, messieurs, l histoire de Félicie Bault est l histoire d Annette Ravel. Vous ne l avez pas connue. Moi, si. Elle aimait passionnément la vie La main sur la poignée de la porte, prêt à descendre, il se retourna soudain et, se penchant, tapota la poitrine du Rd Parfitt.

Monsieur le docteur a dit tout à l heure que ceci sa main frappa le révérend au creux de l estomac et le révérend fit une grimace , ceci n est qu une résidence. Dites-moi, si vous trouvez un cambrioleur dans votre maison, que faites-vous?

DIX BRÈVES RENCONTRES - PDF

Vous le tuez, n est-ce pas? Non, sûrement pas je veux dire, pas dans notre pays. Mais il lança ces derniers mots dans le vide. La porte du compartiment s était déjà refermée avec bruit. Le clergyman, l avocat et le docteur étaient seuls. Le quatrième coin était libre. Traduction de Roger Durand. Êtes-vous heureux? L officier respira fortement puis, prenant son parti, franchit la porte à tambour qui ouvrait sur la première pièce.

Une jeune employée au visage ingrat, assise devant une machine à écrire, leva les yeux d un air interrogateur. Wilbraham rougit et demanda: Mr Parker Pyne? Suivez-moi, je vous prie. Elle le précéda dans un bureau occupé par son patron. Bonjour, monsieur, dit celui-ci.

Veuillez vous asseoir et me mettre au courant de ce que je puis faire pour vous. Je me nomme Wilbraham Major? Je suppose que vous venez de rentrer des colonies. Les indes? L Est africain? L Est africain. J ai entendu dire que le pays est superbe Donc vous êtes revenu et vous n êtes pas heureux Est-ce exact? Seulement, comment le savez-vous? Parker Pyne fit un geste péremptoire.

Ma profession consiste à ne rien ignorer. Voyez-vous, j ai, pendant trente-cinq ans, travaillé à compulser des statistiques dans un service du gouvernement. Maintenant, j ai pris ma retraite et j ai eu l idée d appliquer mon expérience d une manière différente. La question est fort simple: Or, si l on connaît la cause d une maladie, le remède ne doit pas être impossible à trouver.

Je me mets à la place du médecin. Celui-ci commence par porter un diagnostic, puis il ordonne un traitement. Certes, il y a des cas où aucun remède n est applicable. Alors, j avoue franchement que je ne puis rien faire. Mais quand j entreprends une guérison, le succès est à peu près garanti. Vous avez bien raison, répondit le major. La monotonie et les interminables bavardages qui s appliquent à de futiles histoires de village m excèdent. Mais que puis-je faire? J ai quelques. Cependant, je n ai pas les moyens de suivre les chasses ni de faire du sport.

Je suis célibataire. J ai cinquante ans. Mes voisins sont tous aimables, mais ils ont la vue courte. En somme, répondit Parker Pyne, vous trouvez l existence trop simple? Je crois bien! Vous aimeriez vivre au milieu des complications, voire même du danger. L ancien soldat haussa les épaules. Il n y a rien de semblable dans ce pays encroûté! Je vous demande pardon: Londres est plein de dangers et d agitation Vous n avez vu que la surface calme de l existence anglaise.

Je puis vous montrer un autre aspect. Wilbraham regarda son interlocuteur d un air pensif. Il lui trouvait l air sérieux avec sa corpulence, son front dégarni, ses grosses lunettes et ses yeux intelligents. Je dois seulement vous prévenir, reprit le détective, qu il y a un risque à courir. Le regard du major brilla. C est parfait. Quel est votre prix? Cinquante livres, payables d avance ; mais, si dans un mois vous vous ennuyez toujours, je vous les rendrai. Cela me paraît équitable, répondit Wilbraham après un instant de réflexion.

Je vais vous donner un chèque. Une fois cette formalité accomplie, Parker Pyne pressa un bouton sur sa table et déclara: Il est 13 heures ; je vais vous prier d inviter une jeune femme à déjeuner Ah! Madeleine, reprit-il comme la porte s ouvrait, permettez-moi de vous présenter le major Wilbraham qui va vous emmener au restaurant. L officier parut assez étonné, ce qui était normal, car celle qu on lui présentait était brune, avait des yeux magnifiques, de longs cils, un teint de rose, une bouche pleine de séduction et sa toilette rehaussait sa grâce naturelle.

Je suis charmé, murmura Wilbraham. Miss de Sels, présenta Parker Pyne, qui ajouta: J ai votre adresse, major. Demain matin, vous recevrez mes instructions. L officier et la belle Madeleine sortirent. Cette dernière revint vers 15 heures. Eh bien? Elle secoua la tête. Il a peur de moi et me prend pour une vamp. Je le prévoyais. Avez-vous agi ainsi que je vous l avais conseillé? Nous avons étudié les autres clientes au restaurant. Son type de femme est blond, a les yeux bleus, l air fragile ; il ne les aime pas très grandes. Voilà qui est facile.

Passez-moi le registre B. Le détective consulta une liste, puis ajouta: Freda Clegg! Trente-huit ans, célibataire. Je crois qu elle remplira les conditions, mais il faut que j en parle à Mrs Oliver. Le lendemain, le major Wilbraham reçut un mot ainsi libellé:. Vous direz que vous venez de la part de la Société maritime Guava. Le lundi matin, qui se trouvait être férié, le major se mit en route mais il n arriva jamais à destination car les événements l en empêchèrent.

La ville entière paraissait se diriger vers Hampstead. Il fut porté par la foule, à moitié étouffé dans le métro et eut grand-peine à trouver Friars Lane. C était un cul-de-sac mal tenu, plein d ornières, bordé de maisons éloignées de la route ; elles avaient dû être belles, mais étaient tombées en ruine. Sans hésiter, il poussa la barrière branlante et se précipita dans l allée pleine d herbe où il aperçut une jeune fille qui se débattait entre deux immenses nègres ; elle se défendait vaillamment et ni ses agresseurs ni elle ne virent approcher Wilbraham qui porta un violent coup de poing au visage d un des Noirs ; celui-ci tituba et le major attaqua son complice avec une telle force qu il roula sur le sol Les deux hommes se redressèrent et s enfuirent tandis que le major se tournait vers la jeune femme qui, haletante, s appuyait contre un arbre.

J ai eu bien peur! Wilbraham vit alors que la rescapée était blonde, avait les yeux bleus et semblait assez fragile. Venez, lui dit-il. Je crois que nous ferons bien de nous éloigner car ces brutes pourraient revenir.

Vous avez été magnifique! L officier rougit devant son regard admiratif et marmotta: Ce n est rien! Voulez-vous prendre mon bras et pouvez-vous marcher après une semblable émotion? Elle tremblait encore, mais s appuya sur le bras qui s offrait et jeta un regard vers la maison. Je ne comprends pas! Cette habitation semble vide! Sûrement, répondit le major en examinant les volets fermés et l aspect vétuste de l immeuble. Pourtant, reprit-elle en montrant un nom à demi effacé, c est bien Whitefriars et c est là que je devais me rendre.

Ne vous tourmentez pas pour l instant. Dans une minute, nous pourrons trouver un taxi et nous irons boire une tasse de café. Au bout du sentier, ils atteignirent une rue plus fréquentée et eurent la chance de voir un taxi déposer ses clients devant un immeuble proche. Wilbraham héla le chauffeur, lui donna une adresse et monta dans la voiture derrière la jeune fille. Ne parlez pas, lui dit-il. Vous venez d avoir un sérieux choc Je m appelle Wilbraham. Et moi Clegg, Freda Clegg. Dix minutes après, elle buvait du café chaud et regardait avec reconnaissance son sauveur assis en face d elle.

C est un rêve un mauvais rêve! Dire qu il y a peu de temps je souhaitais que ma vie soit moins uniforme! Maintenant, j ai horreur des aventures! Expliquez-moi ce qui s est passé. J en serai charmé, répondit le major en s inclinant. Je suis orpheline ; mon père, qui était officier dans la marine marchande, mourut quand j avais dix-huit ans ; ma mère est morte il y a trois ans. Je travaille dans la Cité où je suis secrétaire à la Compagnie du Gaz. La semaine dernière, en rentrant chez moi, j ai trouvé un monsieur qui m attendait: Il se montra fort poli et me posa plusieurs questions au sujet de ma famille: Enfin, il m exposa l objet de sa visite: D autant plus que John Clegg n y a pas attaché d importance.

Cependant l affaire s est brusquement montrée rentable ; toutefois, pour en bénéficier, il faudrait que vous possédiez certains papiers, ils ont dû faire partie de ceux dont vous avez hérité après la mort de votre père, mais il est possible qu ils aient été détruits comme n ayant aucune valeur. Avez-vous gardé ces papiers? Il les regarda et déclara ne pas pouvoir, à première vue, se rendre compte de ce qui avait trait à l affaire en question.

Il m offrit de les emporter et de me tenir au courant de ce qu il trouverait d intéressant. Samedi, au dernier courrier, j ai reçu une lettre me proposant de venir à Whitefriars, Friars Lane, Hampstead, ce matin à 11 heures moins le quart pour discuter de l affaire. Je n ai pas eu le temps de crier, car l un d eux a mis sa main sur ma bouche. Mais je me suis dégagée et j ai appelé au secours Grâce au ciel, vous m avez entendue autrement Son regard laissait deviner sa terreur.

Je suis heureux de m être trouvé là et je voudrais remettre la main sur ces brutes! Je suppose que vous ne les aviez jamais vus auparavant? La jeune fille secoua la tête et demanda: À votre avis, qu est-ce que cela signifie? C est difficile à dire. Cependant, un point paraît certain: Ce Reed vous a raconté n importe quoi pour avoir l occasion de les examiner, mais ce qu il cherchait n y était pas. J ai cru que ma logeuse l avait fait par curiosité mais à présent Vous pouvez être sûre que quelqu un s est introduit chez vous et a cherché, sans succès, ce qu il pouvait s approprier ; il a dû penser que vous aviez découvert la valeur du document, quel qu il fût, et le transportiez sur vous.

Alors, il a organisé ce guet-apens. Si l on avait trouvé le papier, on vous l eût arraché ; autrement, on vous aurait gardée prisonnière pour essayer de vous faire avouer où vous l aviez caché. Je l ignore. Cependant, pour avoir essayé ainsi de s en emparer, l individu le juge précieux! C est invraisemblable! Votre père était marin ; il a pu, au cours de ses voyages en pays lointains, entrer en possession d un secret dont il n a même pas deviné la valeur.

Serait-ce possible? Mais qu allons-nous faire? Je suppose que vous ne tenez pas à avertir la police? Vous avez raison ; je ne vois pas ce qu elle pourrait faire et cela vous causerait des ennuis. Je vous propose de me permettre de vous offrir à déjeuner, puis de vous accompagner chez vous afin d être sûr que vous y arriverez sans encombre. Puis nous pourrions chercher ce papier qui doit se trouver quelque part. Mon père a pu le détruire lui-même. Évidemment ; mais ces gens-là ne le croient pas, ce qui nous donne de l espoir. Qu est-ce que cela peut être?

Un trésor caché? C est possible! Allons déjeuner! Le repas fut fort agréable. Wilbraham raconta son séjour dans l Est africain et décrivit ses chasses à l éléphant, ce qui enthousiasma Freda. Ensuite, il la ramena chez elle en taxi et elle commença par interroger sa propriétaire. Après quoi elle conduisit l officier au second étage où elle occupait deux petites pièces, salon et chambre.

C est bien ce que nous pensions, déclara-t-elle. Un ouvrier est venu samedi matin sous prétexte d installer un nouveau câble électrique et a dit que les fils de ma chambre étaient en mauvais état. Montrez-moi le coffret de votre père! Freda prit un coffret cerclé de cuivre, en souleva le couvercle et dit: Vous voyez, il est vide. Wilbraham réfléchissait. Êtes-vous sûre qu il n y a pas d autres papiers ailleurs? Maman les gardait tous dans cette boîte.

Le major examina l intérieur du coffret et poussa une exclamation: Il y a une fente dans la doublure! Il y passa la main, tâta avec précaution et entendit un léger craquement. Quelque chose a glissé derrière! Il retira sa trouvaille: Freda, qui regardait par-dessus son épaule, poussa une exclamation de dépit: Il n y a que de drôles de gribouillages!

Mais c est du swahili! Le dialecte est-africain! C est extraordinaire! Savez-vous le lire? Mais c est stupéfiant! Le major alla examiner la feuille devant la fenêtre, en lut et en relut le texte, puis revint vers Freda en souriant. Pas possible! Qu est-ce? Un galion espagnol coulé? Ce n est pas tout à fait aussi romanesque, mais cela revient au même. Ce papier indique la cachette d un lot d ivoire. D ivoire? Il existe une loi qui ne permet d abattre qu un certain nombre d éléphants. Or, un chasseur n en a pas tenu compte. On le traquait et il a caché son butin qui est important.

Cette feuille indique assez clairement où le trouver. Il va nous falloir partir à sa recherche. Vous croyez que cela représente une jolie somme? Vous aurez là une petite fortune agréable. Mais comment ce papier s est-il trouvé parmi ceux de mon père? Wilbraham haussa les épaules. Peut-être le chasseur était-il mourant. Il avait rédigé son explication en swahili pour éviter les indiscrétions et l avait donnée à votre père qui lui avait peut-être rendu service. Celui-ci, ne pouvant la déchiffrer, n y a pas attaché d importance Ce n est qu une supposition, mais je ne serais pas étonné qu elle fût juste.

C est passionnant! Seulement, reprit le major, qu allons-nous faire de ce précieux document? Cela m ennuie de le laisser ici, car ces gens pourraient revenir voir.


  1. site de rencontre tlemcen.
  2. se decrire avec humour sur site de rencontre!
  3. rencontres rennes femmes.
  4. rencontre trav trans dijon.
  5. site de rencontre morbihan 56.
  6. escort le haillan;

Accepteriez-vous de me le confier? Bien sûr. Mais ne serait-ce pas dangereux pour vous? Je suis coriace. Ne vous inquiétez pas pour moi. Wilbraham plia le papier et le rangea dans son portefeuille, puis il ajouta: Puis-je venir vous voir demain?

Mon avis …

J aurai formé un projet et situé l endroit sur la carte. À quelle heure rentrez-vous de la Cité? Vers 18 h Très bien. Nous tiendrons une conférence et vous me laisserez vous emmener dîner pour fêter l événement. Donc, à demain. Le major fut exact et, le lendemain, il sonnait à la porte de la maison. Une domestique lui ouvrit et répondit à sa demande: